Week-end dans le Doubs

Notre petite virée dans le Doubs ... 

Arrivée vers midi au gîte, accueil plutot frais 'si j'avais su que c'etait des speleos j'aurais dit 'non'!' Il faut croire que certains confreres se comportent en gite comme au bivouac et que ce n'est pas bon pour l'image de la corporation ...

Qu'a cela ne tienne, petite mise en jambes à Fol Aven. L'entrée est trouvée rien qu'en suivant le descriptif ... suspect! pourtant ca y ressemble de point en point jusqu'au fond du P90 descendu 'plein pot' pour le plaisir. Veiller quand même à modérer sa vitesse, les descendeurs chauffent un peu. Là où la corde est mouillée on a droit à un grésillement avec petit nuage de vapeur. Ce n'est pas une raison pour s'arrêter, pauvre corde! Se méfier aussi du 'yoyo' qui au bout de 90m de 9mm est plutot puissant et rend certaines arrivées un peu brutales. On avait prevu de fractionner à la remontée pour accélérer un peu les choses. Las! pas le moindre spit en vue (sauf à rééquiper complètement par l'autre côté du puits) ... remontée un par un ... 20 min en moyenne ... 8 spéléos ... je vous laisse faire le compte précis mais c'est long et froid pour les derniers! C'est long aussi pour les premiers qui attendent dehors. La prochaine fois
on fractionne ou on vient à 3-4 max!

Chat échaudé craint l'eau froide, le lendemain on fait 2 équipes: Olivier, Pol, Papat et Geoffr vont explorer Chauveroche (en parlant d'eau froide ...) tandis que Fred, Alain, Magny et Eric partent équiper Vauvougier. On inversera le lendemain.

L'équipe 'Chauveroche' narrera son épopée. J'ai seulement retenu qu'en raison de quelques insuffisances de néoprène du côté des pieds et des jambes, une partie du groupe est contrainte à rebrousser chemin pendant que l'autre pousse joyeusement jusqu'au siphon en s'offrant même le détour par la galerie des macaronis.
L'équipe Vauvougier cherche un peu son équipement (il faudrait penser à dater les fiches techniques ...) croise 3 français en goguette et fini par atteindre la Galerie du Bétail. Il reste le P47 final à équiper mais nous sommes à court de temps ... et de mousquetons. Le kit de fond est déposé au pied de la dernière corde installée à la discrétion de nos successeurs qui s'arrangeront bien pour dénicher les 2 misérables moustifs manquants. Remontée lente. On savoure les étroitures déjà appréciées à la descente. Etude comparative: vaut-il mieux descendre une étroiture avec un kit ou la remonter à vide? La question reste ouverte ... mais le temps passe. Un contact téléphonique était prévu vers 22h. Eric remonte en tête pour gagner du temps. Arrivée à l'air libre et au GSM de Fred vers 22h30. Incompétence technique: comment est-ce qu'on allume ce truc? C'est quand meme bcp plus compliqué qu'un amarrage en Y! Bref, il n'y a
plus qu'a attendre le propriétaire de la chose. Le message rassurant partira vers 23h30. TPST 9h et une chique.

Jour 3 ... les effectifs déclinent. Entre fatigue et douleurs diverses, on constitue 2 équipes de 3. Les objectifs sont inversés comme prévus. La motivation n'est plus ce qu'elle était (la nostalgie non plus d'ailleurs mais c'est une autre histoire). La nouvelle équipe Chauveroche à un objectif clair: être dehors avant 21h. En fait c'est mon objectif à moi, mais je le partage largement. Fred et Magny me soutiennent dans mes efforts et nous accomplissons largement nos ambitions.
La nouvelle équipe Vauvougier à pour mission de déséquiper et pour ambition de toucher le fond. C'est compter sans les étroitures qui retiennent Patrick et le matériel de Pol glissé juste hors de portée de main au fond d'un méandre. Olivier atteint donc seul le pied de la dernière corde et -grand coeur- renonce à équiper le dernier puits pour son plaisir personnel. Il se coltine donc les 2 kits de fonds le temps de rejoindre respectivement Pol, le matériel de Pol et Papat. De nouveau, ils vous raconteront ca mieux que moi mais Oli tranche définitivement la question de la veille: le plus dur pour une étroiture c'est de la remonter avec 2 kits!

Jour 4 ... Quelques illuminés avaient rêvés de s'en faire 'une petite dernière' pour que les éclopés de la veille qui s'étaient requinqués entre temps aient leur content de corde et de glaise. Seulement entre le nettoyage du gîte (des spéléos comme vous, vous pouvez revenir quand vous voulez...)et celui des cordes, le temps passe vite. Et puis on bosse demain ... Quand je vous disais que la motivation n'est plus ce qu'elle était!

Tags: