Réseau de Frene

Dimanche 24 jan 2010, Lustin, +/-0°, humidité forte.

5 à 6 heures à se laisser couler sous roche (avec aussi un peu d'argile de décalcification et d'eau); quelques passages un peu étroits mais ne méritant peut-être pas l'appellation d'étroitures; une micro-baignoire; une rivière que l'on rejoint tout en bas (;-) pour la suivre sur une longueur ... déjà suffisante que pour avoir l'envie d'un prolongement; quelques émerveillements au passage de roches colorées vertes ou de coulures incrustantes de calcites diverse, le tout agrémenté de flash tous azimuts.

Nous étions : Olivier, Eric, Emilie, Paul, Marie-Christine, Pierre, Alexander et Alain.
'Bienvenue' à Paul dont la participation donne à l'éternel ptit nouveau que je me sens toujours être le sentiment d'être intégré dans une pratique scuclienne déjà plus ancienne... re(;-) . Si tout va bien on profitera encore de ses lumières au prochain Puits-aux-Lampes. La Scurion va pouvoir se défoncer !

Bon, essai de cpte-rendu:

  1. grimper jusqu'à l'édicule abritant l'entrée (phase de pré-chauffage)
  2. se laisser descendre avec retenue jusqu'au pied des cordes pré-équipantes (usage du descendeur relatif puisqu'il y a aussi des échelons scellés et une échelle fixe)
  3. progresser en légers boyaux, galeries, petites salles, étroitures moyennes (qd même plus commodes déchargé de sa quincaillerie) et même une micro-baignoire d'agrément, +quelques zones à éboulis ou quelques gros blocs n'ayant pas résisté à la force g (je passe par dessous, par dessus, à gche, à droite ? vous avez vu celui sous lequel on passe et dont on se demande par quel côté il est encore retenu à part l'angle qui a laissé cette trace fraîche de matière désagrégée sur la paroi ?)
  4. au fil des choix successifs (parce qu'il y en a dans ce réseau, et c'était l'occasion pour Olivier de faire des variantes avec l'un ou l'autre pour retrouver le groupe plus loin....ou de tâter enfin d'une étroiture sérieuse : celle qui ne lâche pas volontiers sa proie! ), au fil donc disais-je..., se trouver au niveau de la rivière,devoir le quitter mais le retrouver ensuite pour y progresser agréablement....Trop court, là!
  5. sur le 1/4 de réseau parcouru, vu 3 ou 4 lieux de fouilles engagées encore fraîche me semblait-il...
  6. parmi les jolies choses vues , bien sûr l'étonnante Cigogne de la salle éponyme (j'espère qu'Alexander va devoir consulter le dico, mais c'est même pas sûr), mais aussi de simple dépôts calciques en longs ruisseaux cascadants et une cascade au relief presque nul (c'est trop récent) mais au dessin très précis et bien détaché, un peu comme celle d'Hokusaï (là, j'exagère peut-être).
  7. dans l'ensemble de la remontée (par moments on renoue avec plus de chaleur) un point intéressant à reprendre comme exercice me semble être celui de la progression sur ces longs blocs glissants, pentus à 45° : maintenir l'opposition constante pour rester debout sur ses jambes tout en se servant du jeu de cordes pré-équipantes, avec kroll & poignée/pédale, et sans s'emberlificoter dans les 3 ou 4 fractios qui ont je suppose pour but d'empêcher de glisser latéralement... Je suppose aussi que la corde à noeuds qui doublait la principale est là pour ceux qui font l'économie du kroll et/ou de la poignée ?

Conclusion : on n'en a pas vu, pas fait assez. Faudra revenir.

Alain

Les photos sont sur : http://picasaweb.google.ru/PanchenkoAlexander/BelgiumSpeleoReseauDeFresnes# 

Tags: